A la recherche de Trollheim

"Salut à toi voyageur ! Entre donc et prend un verre dans ma taverne. Le vieux Nildin a retrouvé le journal de son neveu, Bildin Neanias, mort dans Trollheim. Approche, n'ait pas peur ! C'est juste un valkyn, il n'est pas de l'immonde clan des Morvalts. Tient, prend cette chope et va t'asseoir auprès du feu, il va commencer la lecture..."

Journal de bord de Bildin Neanias

 3ème jour après la pleine lune

" Ca y est, j'ai pris ma résolution ! Demain, je part à la recherche de Trollheim avec mon oncle Nildin. Aegir n'a été redécouverte que depuis quelques heures, je veux être le premier valkyn à fouler le sol de la cité de Trollheim. Nous partons demain, à l'aube. Notre première étape sera Dyerfjell, c'est la seule ville que connaît Nildin, qui est un des rares survivants de l'attaque des Morvalts. Selon lui, c'est une ville magnifique, tous les bâtiments sont couverts d'or et d'argent. Cette cité est la dernière avant les terribles montagnes de Gripkosla, nous y resterons la nuit je pense.

Mon frère Guldin m'a forgé des armes de poing pour pouvoir me défendre pendant ce long périple. Je ne sais pas encore bien les utiliser, mais cela devrait s'améliorer avec le temps. J'ai sorti ma vieille armure cloutée, on n'est jamais trop prudent..."

4eme jour après la pleine lune

"Ce matin, nous avons quitté Aegirhamm au lever du soleil. Un petit sentier nous guidait vers la cité de Dyerfjell, mais il était estompé. Les Morvalts ont sans doutes essayé de l'effacer pendant toutes ces années, mais l'oncle Nildin se souvenait de certains lieux.

Moi qui vit à Nalliten, petit port de pèche aux crustacés, je n'avais jamais vu des animaux aussi imposants que sur les rivages d'Aegir. Nous avons croisé des bêtes mythiques, telles que les lions à dent de sabre ou des loqueteaux. Cependant, rien ne fut aussi beau que les troupeaux de mammouths aux cotés desquels nous courrions.

Le soir, nous sommes enfin arrivé à Dyerfjell. Mais l'ancienne cité d'or ne ressemblait plus à celle que connaissait l'oncle Nildin. La ville était entourée de deux rangées de hautes pierres qui empêchait l'accès. Une fois à l'intérieur, nous ne vîmes que pauvreté et désolation. Nildin a interrogé les mendiants pour savoir ce qu'était devenu l'or et l'argent qui faisaient la beauté de la cité et il apprit qu'ils avaient été échangés contre de la nourriture aux Morvalts pendant la grande guerre. Pendant que je dînais dans la cité, le tavernier m'apporta un mot. Voici ce qui était écrit : "La vision de la grande Dyerfjell détruite par les forces des Morvalts m'a anéanti. Ma seule possibilité est maintenant de rentrer à Aegirhamm. Je savais que tu serais déçu de rentrer, donc je suis parti secrètement pendant ton repas. Reste ici cette nuit, je t'enverrai de l'aide. Oncle Nildin". Ce mot m'a coupé l'appétit et je suis allé me coucher à l'auberge voisine. Je me demande quelle est l'aide dont l'oncle Nildin parle ? Je me demande si cette marche vers Trollheim est une si bonne idée. Je réfléchirai cette nuit, elle me portera conseil."

5eme jour après la pleine lune

Ce matin je me suis réveillé avant le soleil. Ma décision est prise, j'irai à Trollheim, même si cela me coûte la vie. Pendant mon petit déjeuner, j'entendis un cor sonner. Je montais donc sur les estrades de bois pour voir au dessus des fortifications et je vis un cheval aux galops se diriger vers la ville. Il était poursuivit par des archers Morvalts, montés sur des tigres à dents de sabre qui le couvraient de flèches. Je n'avais jamais vu un cheval galoper aussi vite. Le cavalier sortit son Cor une nouvelle fois et sonna avec une force incroyable. Je connaissais ce son, il m'était familier. Soudain, je me rappelais nos grandes réunions de famille avant la mort d'Arthur et la guerre. Je savais ce que ce cor était, c'était le cor des Neanias ! J'attrapais alors un arc à mes cotés pour essayer d'effrayer les Morvalts. Je tirais autant de flèches que possible dans leur direction et lorsqu'ils furent à porté, ils filèrent vers les montagnes. Le cheval s'arrêta à l'entrée de la ville. En un mouvement furtif, son cavalier descendit. Enfin, je devrais dire plutôt sa cavalière ! Une magnifique viking blonde s'approcha de moi. "Tu es Bildin, n'est-ce pas ? Tu ne me reconnais sans doutes pas, j'étais enfant la dernière fois que nous nous sommes vu. Je suis Elaeclya Neanias, Thane Einherjar des Aesir, soeur du grand Skald Amon Neanias, avec qui tu as combattu dans ta jeunesse. Le grand oncle Nildin m'a demandé de t'accompagner à Trollheim, je viens donc t'apporter ma modeste aide". Sa beauté me mystifiait. Lorsqu'elle enleva son casque, ses longs cheveux blonds flottaient au vent tel un étendard. Ses grands yeux bleus avaient quelque chose d'envoûtant. Elle était à l'image des plus grandes valkyries, belle et grande combattante. Elle posa son marteau de guerre sur le sol, empoigna mon arc, y glissa une flèche, banda la corde et tira d'un geste sec et précis. Elle donna un coup sur l'arrière train de son cheval qui alla chercher la flèche. Lorsqu'il la ramena, je vis que la flèche avait traversé un lapin d'une bonne demi livre. Elaeclya le dépeça et le mangea encore cru. Elle dit alors : "Il se fait tard, partons avant le coucher du soleil si nous voulons arriver à Bjarken sains et saufs". Je rassemblais mes affaires et nous partîmes vers midi. Nous arrivâmes à l'entrée des montagnes de Gripkosla peu avant le crépuscule. Nous y découvrîmes des animaux très étranges. Ainsi, pour la première fois de ma vie, je vis un Mégalocéros.

A l'approche de la ville, Elaeclya souffla dans le cor. Aussitôt, une bête étrange sortit des nuages et vînt se poser aux pieds de la valkyrie. C'était un griffon ailé ! Elle lui parla doucement dans une langue que je ne compris pas et la bête pris son envol vers l'ouest, en direction de Bjarken.

Peu avant d'entrer dans la ville, un muret de pierre bloquait le sentier. Je commençais à dégager le chemin lorsque des hommes des cavernes nous attaquèrent. Je pouvais enfin admirer la puissance d'Elaeclya. Elle sortit un marteau doré et frappa brusquement au visage de deux hommes avec son bouclier. Ils s'écroulèrent morts et elle frappa un grand coup dans le crane d'un troisième qui trouva rapidement le chemin du Valhala. Un homme des cavernes m'avait attaqué et un combat commença entre nous. Les armes de poing forgées par Guldin était plus puissantes que je ne le pensais et il s'écroula assez vite. Un autre m'attaqua par derrière et pris l'avantage. Elaeclya qui était loin leva les bras au ciel et cria d'une voie puissante : "Thor, offre moi ta puissance !" et un violent marteau entouré d'éclairs s'écroula sur la tête de l'homme des cavernes. 

Nous reprîmes alors la route vers Bjarken où nous passons la nuit."

6eme jour après la pleine lune

Nous sommes partit tôt ce matin après un bref petit déjeuner. Nous courrions à une vitesse soutenue jusqu'à apercevoir un glacier au loin dans la neige.

Elaeclya arrêta alors brusquement sa course, s'agenouilla et m'indiqua d'en faire de même. Elle fit une longue prière pour Thor en parlant dans un langage inconnu, sans doutes des anciennes runes. Puis elle se leva et murmura "Voici l'entrée de l'ancienne cité des trolls, Trollheim...". Comme parcourue par une nouvelle force, elle cria "Vite Bildin, allons bouter les Morvalts hors de la cité !". L'entrée du donjon était magnifique. Deux grandes flammes entourait la porte qui faisait penser à un palais royal. Trollheim a été pendant longtemps la capitale d'Aegir, avant la guerre contre les Morvalts.

Elaeclya fendit le crâne de deux Morvalts avec son marteau et nous pûmes enfin entrer dans la cité.

L'intérieur est à la fois sombre et mystique. Comment imaginer que Trollheim a été le fer de lance de tout le continent pendant tant d'années. Elaeclya me demande de prendre en note tout ce que nous faisons alors je m'attèle immédiatement à la tâche. Les murs sont couverts de gravure étranges. Elles représentent les combats entre les trolls et la faune de la région.

En suivant un couloir, nous arrivons dans la pièce principale de la cité, la pièce "des ponts".

Un immense pont s'étend devant nous soutenu par d'énormes lianes qui perdurent depuis des siècles. Nous avançons alors vers les premières planches pour observer la salle.

De grands oiseaux agressifs volent à l'intérieur, Elaeclya appelle Thor et d'innombrables marteaux s'écroulent sur les volatiles nous permettant d'avancer dans la cité.

Soudain, nous entendons des cris. Nous courrons alors sur le pont vers le centre de la salle au niveau duquel se trouve un trou longé par des escaliers. Les cris se font entendre de plus en plus fort, Elaeclya décide de descendre voir ce qu'il se passe.

Nous entendons des bruits de lames qui s'entrechoquent. Un combat fait rage entre un groupe de Midgardiens et des Morvalts. Aussitôt, nous nous joignons à eux car ils semblent en difficulté.

Le combat est interminable et les Morvalts ne faiblissent pas. Les hommes commencent à fatiguer et le guérisseur a de plus en plus de mal à les maintenir en vie.

Pendant que nos compagnons d'infortune se battent, nous décidons de remonter légèrement avec leur guérisseur pour le tenir éloigné de la bataille.

Elaeclya souffre de plus en plus et en un cri funeste, elle s'écroule sur les marches. Le morvalt s'approche alors du guérisseur et engage le combat. Malgré une bonne défense, il s'écroule à son tour. Il se retourne alors vers moi, je vois sa rage dans ses yeux rouges. Je sorts mes armes, il arrive..."

 

"C'est ainsi que se termine le journal de Bildin Neanias. Nous l'avons ramené de Trollheim il y a deux jours, les corps n'y étaient pas. Les guérisseurs supposent que les dieux les ont réincarnés à leur pierre des âmes. Cependant, nous n'avons aucune nouvelle..."

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Dark Age of Camelot ?

1307 aiment, 187 pas.
Note moyenne : (1525 évaluations | 58 critiques)
7,7 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dark Age of Camelot
(906 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1191 joliens y jouent, 5880 y ont joué.