La gazette de Camelot - 08/08/08

C'est une gazette minimaliste que nous offre GOA cette semaine.

En plus de l'habituel "point background" nous avons droit aux différentes étapes de la traduction de DAoC.

Cette semaine, nous vous proposons de jeter un coup d'œil dans les coulisses de la traduction du jeu. Le point background vous emmènera ensuite au pays des parthaniens.

La traduction de Dark Age of Camelot

Ce mois-ci, nous verrons comment se déroule le processus de traduction pour Dark Age of Camelot.

Tout d'abord, une précision s'impose : à l'origine, le jeu n'a pas été conçu pour être localisé. C'est seulement après avoir constaté la grande attente suscitée par DAoC durant la phase de développement que Mythic a pensé à le traduire dans d'autres langues pour le rendre plus accessible. Par conséquent, de ce point de vue, Dark Age of Camelot n'a pas la flexibilité présente dans d'autres jeux récents conçus dès le départ pour fonctionner dans différentes langues.

Les premiers éléments reçus à chaque version sont les notes de version. L'étape de leur traduction peut sembler assez simple (un document de quelques dizaines de pages à traduire) mais elle cache en réalité un travail important et souvent sous-estimé. On trouve dans les notes de version beaucoup de noms de PNJ, de monstres, de styles, de sorts, etc. qui sont utilisés dans le jeu. Pour pouvoir publier des notes de version cohérentes et utiles, il est important d'utiliser les mêmes noms que ceux utilisés dans le jeu. Dans le cas contraire, il deviendrait difficile de retrouver les éléments dont nous avons pris connaissance grâce aux notes de version. Pour ce faire, le département Traduction de GOA a élaboré un glossaire. Il s'agit d'une base de données de tous les noms utilisés par le jeu avec les correspondances dans les différentes langues.

Par la suite, Mythic nous envoie les fichiers du jeu que nous appelons "patch". En réalité, ce que reçoivent les responsables de l'équipe Qualité n'est pas juste une nouvelle partie du jeu comme on pourrait le croire. Il s'agit au contraire de la totalité des fichiers, en anglais, qui composent le jeu mis à jour dans la version voulue. Ces fichiers sont vérifiés et les textes en sont extraits.

A ce moment, la Traduction dispose de l'intégralité des textes du jeu en anglais. Cependant, la plupart de ces fichiers ont été déjà traduits et sont utilisés en jeu. Pour identifier les nouveaux éléments qui nécessitent une localisation, la Traduction fait ce qu'on appelle en jargon un "delta". En fait, on soustrait les fichiers existants des nouveaux fichiers, la différence représente les nouveaux éléments qui doivent être traduits.

En fonction de la quantité de nouveaux éléments, la Traduction est en mesure d'élaborer un planning pour la localisation. Ce planning, qui précise la date de début et de fin du travail, est envoyé aux responsables de l'équipe Qualité qui, après l'avoir intégré aux autres étapes de préparation à prévoir, peuvent établir une date approximative pour le lancement de la nouvelle version.

Une fois le travail de localisation pur et simple achevé, la Traduction se charge aussi de l'intégration. Ce procédé consiste à fusionner les nouveaux éléments localisés avec les éléments déjà présents de façon à obtenir au final la nouvelle version complète du jeu, localisée dans les cinq langues. Ensuite, la Traduction effectue également des tests de fonctionnalité grâce à divers outils. Lors de cette phase, on prépare aussi une liste des tests à effectuer sur les nouveaux éléments apportés par la version.

Le tout est ensuite envoyé aux responsables de l'équipe Qualité qui entrent ces éléments dans les serveurs de test pour préparer le lancement de la nouvelle version.

Le travail de traduction est souvent sous-estimé, mais le succès de Dark Age of Camelot dépend aussi du fait qu'il a été le premier MMORPG à être localisé en cinq langues, et sa notoriété a ouvert la route à tous les nouveaux jeux qui aujourd'hui voient dans la localisation une importante valeur ajoutée.

Point background Hibernia : les démons des récoltes

Aujourd'hui, alors que les esprits et les créatures malfaisantes se font de plus en plus nombreux sur nos terres, les plus jeunes ne croient plus en certaines légendes de nos campagnes. Ils s'imaginent que les vieilles coutumes ne sont que superstitions. Ainsi, par exemple, ne prennent-ils presque plus la peine de glaner dans les champs juste après les récoltes. Certains préfèrent partir à la guerre à peine les moissons achevées.

Pourtant, nous, les anciens, savons que les parthaniens sont là. Même si notre vue a baissé et que nous ne pouvons les voir, ils viennent toujours se gaver des graines disséminées lors du fauchage, des épis tombés d'un chariot ou des fruits trop murs abandonnés au pied des arbres. Si les enfants sont chargés de nettoyer les champs après la récolte, ce n'est pas seulement pour ces quelques livres de grains qui pourront servir de semences l'année suivante, mais aussi pour éviter qu'ILS ne s'engraissent. Nous sommes aussi trop sourds pour les entendre se gaver, mais ils ne perdent pas une miette. Puisqu'ils trouvent toujours davantage à manger, ils se font plus nombreux chaque année, ils deviennent plus agressifs et plus forts. Lorsqu'ils ont tout mangé, ils s'assemblent pour ne former qu'un seul être gigantesque. Si vous ne les voyez pas en temps normal, peut-être finirez-vous par les surprendre durant cette cérémonie. Au loin, certains n'y voient qu'une petite bourrasque dans les champs trop chauffés, mais ceux qui les ont laissés faire subissent maintenant leur présence permanente. A l'est de Lough Derg et à l'est de Lough Gur, des fermes sont maintenant envahies par les parthaniens. Leurs occupants osent à peine sortir de chez eux à peine les récoltes achevées. Ils leurs laissent tout ce qu'ils n'ont pas pu emporter immédiatement.
D'où viennent-ils, qui sont-ils ? Des esprits du fond des âges, ils ne sont ni le bien ni le mal, ils étaient là avant les firbolgs, les elfes et les hommes et ils demeureront là après leur départ. Mais si nous leur laissons trop à manger, ils affameront un jour Hibernia…

Nous vous souhaitons une bonne semaine et d'excellentes séances de jeu. Soyez prudents si vous traversez les champs d'Hibernia sur votre route vers les champs de bataille !

Source : http://news-daoc.goa.com/view_news.php3?id_article=5974

Réactions (40)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Dark Age of Camelot ?

1307 aiment, 187 pas.
Note moyenne : (1525 évaluations | 58 critiques)
7,7 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dark Age of Camelot
(906 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1191 joliens y jouent, 5880 y ont joué.